dimanche 19 octobre 2008

Collège d'enseignement moyen (C.E.M) Ali-Laimeche




Un grand collège au centre de BENI-Douala.
Un grand collège au nom d'un grand nationaliste (Ali-Laimeche)
un grand collège d'Ait-Bouyahia

12 commentaires:

Anonyme a dit...

merci d'avoire communiquer ces informations car si bien a s'avoire, seulement je comprend pas comment sa se fait ali laimeche é l attirer a beni douala sachant que et l pas d tout de cette raigion ?

Anonyme a dit...

je rectifié se que j'ai dit sur le fait d utiliser le mots aterier si pas un avion quand meme, je veux dir donc pour quoi C.E.M de beni douala porte le nom de se GRAND monsieur (ALI LAIMECHE)sachant que et l pas de la raigion.

Anonyme a dit...

encore une fois pour rectifier le mots atterrir mal écrit sur mon
2em messages il s agit d une faute de faute frappe je l pas vue dsl!!
c pas ma soirée lol .

malik's spaces a dit...

bonjour,

on ne sait même pas comment cette école porte le non du martyre mais nous somme honorés de porter le nom.
dans la région on dit souvent "Laimeche" pour designer l'école au point ou le nom de Ali-Laimeche ne signifie que cet établissement.

on ignore tout de ce nationaliste kabyle qui a su porter la double-identité Kabyle et algérienne. dans ce CEM, on enseigne et on glorifie touts les personnalités; pourquoi ne pas faire un cour sur Ali-Laimeche? Un cour symbolique ou c'est trop faire pour lui?..

malik kerfi

Anonyme a dit...

bonjour
merci d'avoir essayer de reponde a ma question.
se que je sais sur lui que ali laimenche est décédé à l’âge de 21ans Malgré sa jeunesse, son nom a traversé tout les temps.

Anonyme a dit...

Je suis trés heureux de voir la photos de Laimeche Ali sur votre Blogg. Actuellement je suis retraité et j'avais fait mes premiers études dans cet établissement à partir de l'année 64j'usqu'à l'année 66, lorseque ce CEM était un Institut islamique "Maâhad ôuloum Ddin OUaousoul" et j'ai un peu d'information pour repondre à ceux qui pose la question.
Le CEM Laimeche, avant était une Timammart (Ecole coranique) avant l'independance. vers 1963, quand Ahmed Toufik Almadani était nommé par ben Bella, Ministre des Houbous, une délégation du ministere sous l'impulsion des reveurs de la nation arabe, est venus inaugurer la zouia aprés son réamenagment en Institut d'enseignemnt de culture arabo-musulmane.
On entrait des éleves de toutes regions, les enseigants étaient des arabisants notoires. Eh oui, je me souviens d'un certain Cherif Kharroubi qui nous a pnotisé par sa drogue d'arabisation. Mais imaginez-vous cet enseignant comment, à l'avenir, avait grillé tous les échelons; fin 60, prommu Professeur du secondaire à tzi-ouzou, début 70 nommé Wali de la grande kabylie (Tizi-Ouzou), puis aprés nommé membre au cconseil superieur de la fonction publique, extraordinaire!! vous vous imaginez qu'est ce qu'il a occupé aprés, "Ministre de l'Eduction" en remplaçant le grand intellectuel et figure historique politique de la revolution 54, Mustapha Lacheref en 1979 qui a fondé le systeme bilingue en algerie, à l'epoque ou des cadres et élites s'emergent. C'est incroyable! C'est à partir d'akal Aberkan que le point de départ de l'arabisation de la kbylie a eu lieu.

Je crois vers que c'est les année 80 que le CEM est baptisé "Laimeche Ali", ce Bebero-nationaliste, le premier qui pris le maquis aprés les evenements de Setif 1945, il est auteur de pluseur poemes en Tamazight, et c'est lui qui commençait à organiçser les maquis de kabylie pour declencher la revolution. Il a tenu plusieur réunions à Beni-Douala, dans la huilerie du Village Tizi-Hibel, à l'ancien quartier de Larba. Et pour votre information malgrés le mecontentement des baâtistes et de la Kasma FLN de l'epoque, il y avait ces compagnons, hommes de la révolution qui se sont i_mposés à Beni-Douala pour Baptiser ce CEM au nom de cette merveilleuse créture que Dieu à donné pour l'Algerie.
Les jeunes d'aujourd'hui doivent interroger les vieux pour comprendre un passé trés riche en évenement.
Merci d'avance de m'avoir permis de s'exprimer, bon courage et ce que vous êtes entrain de faire est éxcéllent.

Ahmed retrairé

malik's spaces a dit...

ahmed! da ahmed en berbère. Merci pour ces informations. J’ai aimé ce commentaire et je regrette vraiment que le savoir ne se transmet pas d'une génération à une autre, l'oubli est notre défaut. Comment peut-on avancer quand le passé ne fuit et le présent nous lâche.

pourquoi ne pas mettre une plaque commémorative a l'entrée de l'école?

malik kerfi

KAMEL a dit...

Merci pour votre collaboration. J’apprécie énormément que vous ayez consacré quelques minutes de votre temps pour y apporter ces informations.
Des informations précieuses qui nous emmènent droit à découvrir l’histoire et l’historique de ce grand collège qui est le nôtre et qui restera le nôtre.
On le connait juste sous le nom d’Ali-Laimeche, c’est tout. Aucune autre information sur son histoire, même pas une plaque commémorative (comme le soulignait tonton Malik).
On aimerait avoir plus de détails :
Date de sa construction,
Ses bâtisseurs,
Les premiers enseignants et élèves qui l’ont fréquenté, etc.
Kamel Harani

Anonyme a dit...

Bonsoir
C’est Da Ahmed comme m’a surnommé Malik (merci pour ce respect) qui revient juste pour rajouter quelque chose d’important puisque j’ai parlé déjà du peu de ma connaissance sur le collége Laimeche, c’est que je tiens à démentir catégoriquement la polémique de l’époque des événement avril 80 disant que les jeunes manifestants se sont pris à la mosquée et aux lieux saints d’Akal Aberkane pour faire des saccages : non cela est faux, c’est vrais les manifestants dont d’ailleurs faisaient partie même des jeunes d’Ait-Bouyahia ont fait sortir les élèves du CEM Iboud et des écoles primaire des villages proches de larba, il y a eu la casse des édifices publiques comme le CEM Iboud, la Kasma, le siege de la CAPS, de la SONPAC et sont allé droit vers le collège Laimeche pour faire sortir les élèves et les faire rejoindre à la révolte, mais les responsables ont refusé ; là, l’agitation s’est déclenchée en affrontement. Il faut souligner qu’il y avait la Kasma FLN qui faisait un travail de propagande et n’oublions pas qu’à l’époque nous étions soumis au dikta du Parti unique « HIZB ALOUAHID ». L’histoire retiendra, il y a bien des témoins qui se souviennent certainement des fais, ils doivent livrer leurs souvenirs avec honnêteté.
Pour ce qui est des détails sur l’historique du collège, je pense que peut-être si quelqu’un s’adresse au responsables du CEM Laimeche pourrait retrouver ses détails que Kamel à raison de soulever.

Merci encore une fois et je vous laisse la paix, Djighawan lahna akd lkhir.
Ahmed retraité

KAMEL a dit...

POUR DA AHMED
Merci pour votre contribution. toute nouvelle information est bienvenue.

Anonyme a dit...

azul fellawen je profite l'occasion de parler de C.E.M IBOUD puisque d'ahmed aborder le sujet, on dit souvet C.E.M IBOUD mais on engnore totalement le prénom de se fameux IBOUD?

Anonyme a dit...

Le CEM Iboud, Avant 198o on l'appelle CEM ( Collège d'Enseignement Générale), puis redéfini Comme Collége d'enseignement Générale. je souligne que le CEM Iboud, puisque j'étais éleve dans ce Collège les années 80, il etait l'actuel Lycée Imache Amar, et à partir de kl'année 90 il est déplacé à l'annéxe du lycée juste à coté puis redéplacé à cté de l'ex.souk el-fellah.
Je constate éffectivement la plaque baptisé du CEM au nom de Iboud Mohand Oulhadj en Arabe, Mais en Français n'apparait que IBOUD le prénom n'est pas indiqué. C'est ridicule, on ignore le nom patronimique d'un Héro, mis le nom arbitraire que le colonialisme nous a attribué et bien inscrit. J'oute à cela un autre exemple le Sade communale, il est écrit à l'entrée "Satade Communal Frères KLOUL", Je pense que ce genre d'oubli ou fait avec intention est une agréssion à nos héros. On néglige les noms patronimiques et surtout lorsqu'il s'agit d'un baptisation. Dda Hmed a raison, que cela heurte les sentiments ou nom, ce genre de faits est inadmissible.
Je reviens quand même au héros de notre révolution 54, je doit noter que l'heureux martyr qui na rien vu,Iboud Mohand Lhaj est parmis les premiers acteurs de la revolution 54 et c'est dans sa maison à larba qu'a eu la réunion des chef de la zone III comme l'a dit ce Lias dans un de ses commentaires dans ce blog" rubrique histoire de beni-doual".
J'ai entendu déja cette information plusieurs fois racontées par des personnes temoins de la révolution. Si vous voulez vérifier ce que je dis, je vous prie de la confirmer sur ce blog.
excusez-moi je fréfere contribuer dans l'anonylat.
Je vous salue tous, et merci